Articles récents

Un groupe diversifié de précadets rampent sur un terrain gazonné sous une poutre de bois dans un parcours à obstacles.

Un nouveau programme pour les précadets vise à éliminer les obstacles systémiques

Des précadets de partout au pays ont participé à une formation de trois semaines à la Division Dépôt, où on a évalué leur condition physique et leur agilité. Crédit : Équipe des médias de la Division Dépôt, GRC

Par

Lorsqu'il était enfant, en Inde, Harnoor Singh rêvait de devenir policier, mais après être arrivé au Canada, il s'est souvent demandé si son rêve allait un jour se réaliser.

Ayant émigré à l'âge de sept ans, M. Singh affirme que son service de police local au Manitoba lui a semblé peu représentatif de la diversité de la population. « Habituellement, les policiers qu'on rencontre où je vis sont des hommes blancs. Il n'y a pas beaucoup d'inspiration pour les jeunes garçons ou filles d'origines diverses. » Cependant, pour M. Singh, cela lui a donné l'aspiration de poursuivre une carrière de policier et de participer à un nouveau programme de la GRC axé sur les personnes issues de la diversité.

En octobre 2023, il a été l'un des 32 premiers précadets à réussir le Programme d'expérience précadet diversifié et inclusif (ECDI) inaugural. Cette nouvelle initiative de recrutement a vu arriver sa première troupe en septembre à la Division Dépôt, l'École de la GRC à Regina (Saskatchewan). Le programme vise à éliminer les obstacles systémiques pour les Canadiens de groupes sous-représentés qui souhaitent devenir membres de la GRC. Il procure aux précadets sélectionnés une expérience de premier plan et l'occasion d'en apprendre davantage sur les possibilités de carrière dans le milieu policier.

Une réforme nécessaire

Avec l'aide de la dirigeante principale des Ressources humaines, l'inspecteur Darryl Dawkins a créé le Programme d'expérience précadet diversifié et inclusif en 2022 pour faire tomber les barrières liées au recrutement auxquelles se heurtent de nombreux Canadiens qui veulent entrer à la GRC.

« Je voulais mettre l'accent sur les personnes noires, racisées et de groupes sous-représentés au Canada pour les aider à surmonter certaines difficultés qui les empêchent de réussir la formation à la Division Dépôt ou même de poser leur candidature à la GRC. »

Au Canada, il y a des personnes représentant de nombreuses nationalités qui n'ont peut-être pas envisagé le milieu policier comme choix de carrière. « Nous avons tôt fait de déterminer qu'il y a plusieurs obstacles qui expliquent cette situation », ajoute l'insp. Dawkins. « Nous voulions que les candidats potentiels aient accès à des mentors dès le premier jour pour les aider à surmonter ces obstacles et répondre à leurs questions. »

L'équipe de mentors se compose de policiers de la GRC de partout au pays qui représentent des horizons divers et plus de dix profils linguistiques. « Nous voulions nous assurer que nos mentors reflètent la diversité de notre pays », explique l'inspecteur Islam Issa, qui codirige le Programme avec l'insp. Dawkins. « Ils doivent aussi refléter l'orientation que nous voulons continuer de donner à l'organisation. »

L'insp. Issa reconnaît que certaines communautés sont depuis toujours méfiantes à l'égard de la police. « Ce qui rend le Programme extraordinaire, c'est qu'il fait tomber les barrières parce que les candidats sont jumelés à un mentor qui est policier. Cette relation contribue à établir un lien de confiance et à créer un espace sûr », poursuit-il.

Motivée à promouvoir le changement

La gendarme Imane Gourramen, une des 20 mentors qui participent au programme, a toujours su qu'elle voulait devenir policière. À titre de membre de la communauté musulmane nord-africaine, elle se demandait s'il y avait une place pour elle à la GRC. Avant de présenter une demande, elle a communiqué avec l'organisation pour demander si son hijab pourrait poser un problème compte tenu de l'uniforme des cadets. Après avoir obtenu l'assurance que son couvre-chef religieux était adéquat, la gend. Gourramen est devenue la première femme portant le hijab à terminer la formation à la Division Dépôt et à obtenir son diplôme de l'École de la GRC en 2018.

« Ma première affectation a été à Brooks, en Alberta. J'y ai remarqué un manque de diversité – il était rare de voir des policiers de couleur malgré une communauté africaine croissante dans cette ville », se souvient la gend. Gourramen. En entendant parler du Programme pour la première fois, elle a saisi l'occasion de devenir une mentore. La gend. Gourramen espère devenir la mentore qu'elle n'a jamais eue.

« Je crois qu'il est très important d'être un modèle pour les autres et de les aider à comprendre qu'on ne les juge pas en fonction de leur apparence et de leur identité. Vous pouvez devenir agent ou agente de police et réaliser vos rêves. »

La première troupe, mais pas la dernière

Les 32 cadets en uniforme et les dirigeants du programme en tunique rouge se rassemblent pour la photo de remise des certificats.

Les 32 précadets qui ont réussi le premier Programme d'expérience précadet diversifié et inclusif en octobre. Dirigés par l'insp. Darryl Dawkins et l'insp. Islam Issa, les précadets ont été encadrés par une équipe de mentors de partout au pays.

L'équipe du Programme a reçu plus de 400 demandes et, après un examen rigoureux, elle a retenu 32 candidats. Représentant plus de 12 nationalités, les précadets ont participé à un programme de formation de trois semaines au cours duquel on leur a présenté différents sujets :

  • la culture de la GRC;
  • les notions policières de base;
  • les activités d'entraînement physique.

L'insp. Dawkins est d'avis que le programme continuera d'attirer des candidats potentiels pour la prochaine troupe en janvier 2024.

M. Singh affirme être prêt à s'inscrire à la formation des cadets réguliers et il est enthousiaste à l'idée de faire carrière à la GRC. « Recevoir mon certificat durant la cérémonie de fin de programme m'a procuré une grande joie. Ce n'est qu'une petite étape vers la réalisation d'un grand rêve », conclut-il.

Date de modification :